MILCEM

Objectif Vatel : l’excellence des managers Martiniquais

La MILCEM est un Service Public de l’Emploi au plus près des aspirations de 7000 jeunes martiniquais.

👉 https://bit.ly/3jykZIc

MILCEM

Nous avons rencontré Frédérique Dispagne, Directrice de l’école Vatel Martinique. Elle nous en dit un peu plus sur cette prestigieuse école de management de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme. La première promotion Vatel Martinique effectuera sa rentrée en septembre prochain, à l’hôtel Valmenière. 

 – Vous êtes la directrice de l’école Vatel Martinique, pouvez-vous nous présenter cette structure ?

Vatel Martinique est une École supérieure de management de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme. Notre école est membre du 1er Groupe Mondial de l’Enseignement du Management de l’Hôtellerie-Tourisme : 50 campus – 7 000 étudiants – 35 000 Diplômés.

L’objectif de Vatel réside dans l’excellence des managers martiniquais et caribéens de demain. Notre mission est d’entrainer, en alternant théorique et pratique, les cadres opérationnels et les cadres dirigeants de l’hôtellerie internationale et du tourisme.

Vatel combine les valeurs hôtelières de disponibilité et de concentration, d’expertise et de passion.

2 programmes sont dispensés :

1er Cycle : Bachelor Manager en Hôtellerie Internationale (Titre niveau 6 enregistré RNCP)

2e Cycle : MBA Directeur d’Hôtellerie Internationale (Titre niveau 7 enregistré RNCP)

Vatel Martinique prépare ses étudiants à mener des carrières d’encadrement dans des départements aussi divers que :

* l’opérationnel, le marketing, la vente, la gestion, les ressources humaines, la communication… adaptés à l’hébergement,

* la restauration, l’exploitation hôtelière et touristique et l’entrepreneuriat dans l’industrie hôtelière.

Pour le moment, le recrutement de Vatel Martinique concerne les élèves de 1ère année, prétendant à un Bachelor in International Hotel Management sur 3 ans (Bac + 3).

À terme, sera aussi proposé un MBA de 2 ans (Bac + 5).

Pour notre rentrée prévue le 21 septembre 2020, Vatel Martinique voit sa promotion complète. Il est toujours possible de postuler, le dossier sera positionné en liste d’attente.

 – Vatel, une prestigieuse école… Une belle opportunité pour la Martinique?

Le bassin d’emplois touristiques fait vivre directement et indirectement des milliers de personnes sur notre territoire Martinique.

Plus l’hôtellerie montera en gamme, plus elle embauchera des forces vives. L’hôtellerie haut de gamme, en outre de son rôle économique, est le visage d’une destination attractive.

Les hôteliers et tout le secteur devront investir et se réinventer.

La montée en gamme de l’hôtellerie ainsi que la professionnalisation des gîtes et meublés de tourisme, se feront par une jeunesse formée pour ces challenges.

Vatel Martinique est en place pour épauler les professionnels du secteur hôtelier stratégique pour notre économie et notre société martiniquaises.

– Quel est votre parcours ?

Martiniquaise, j’ai fait mes études au Lycée Schœlcher puis quitté l’île pour effectuer un MBA à Vatel Paris (Bac +5).

Je suis récemment de retour, après 19 ans d’expériences dans l’hôtellerie française et européenne.

Mon cursus a tourné autour de : la commercialisation dans les Palaces (Le Meurice, Le Plaza Athénée, Le Royal Monceau) puis l’ouverture d’hôtels 3 et 4 étoiles parisiens.

Le consulting en yield management (commercialisation internet) et en statistiques (intelligence de marché) dans l’hôtellerie européenne.

Je suis déterminée à contribuer avec toute notre équipe à l’essor de Vatel en Martinique et dans la Caraïbe.

Convaincue de l’atout déterminant de la mention « Vatel » sur mon CV et dans mes expériences professionnelles, je souhaite que les jeunes Martiniquais en bénéficient également.

Je gère en parallèle un meublé de tourisme à Fort-de-France, car Vatel m’a permis de développer un savoir-faire entrepreneurial.

 

– Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui voudrait se lancer ?

De se lancer et de prendre des risques !

Le tourisme est un secteur particulièrement résilient, où regorgeront les opportunités, une fois la crise sanitaire COVID-19 dépassée.

L’école Vatel, l’expérience et le réseau qui en découlent, permettent de se projeter très rapidement vers des carrières managériales et entrepreneuriales.

J’ai été nommée Directrice d’hôtel 6 ans après avoir été diplômée de Vatel.

État et OTAS

 

En 2018 Booking.com :

Autour de 100 milliards $ de capitalisation boursière

Chiffres d’affaires annuel autour de 93 milliards $

En 2019, les réservations réalisées à travers les différents sites internet du groupe Booking.com ont atteint 96,4 milliards de dollars.

Les clients ont réservé l’équivalent de 845 millions de nuitées, 77 millions de jours de location de voitures et 7 millions de billets d’avion.

Booking est le leader des acteurs pure players du voyage, existent également Expedia, Trip.com, Airbnb.

Ces acteurs jouissent d’exonération fiscale avantageuse, du fait de leur montage financier.

Il est à noter que Booking.com doit 100 millions € au fisc français, avec un redressement de 356 millions en 2015.

PIB de l’Etat Français : 2 762 milliards $ en 2018

Après COVID, le PIB de l’Etat Français chuterait de 12.5 %, la positionnant au 7ème rang de l’économie mondiale.

En France, les Pertes du Tourisme prévisionnelles liées au COVID 19 : 40 milliards €.

A quand un Ministère du Tourisme d’Etat pour se saisir de ces mannes financières à bras le corps et défendre les intérêts des hébergeurs Français ?

En 2020 toujours pas.

 

Hébergeurs Confinés

Suite à la décision de confinement pour endiguer la pandémie du Covid, les conseils des hôteliers s’avèrent utiles.

 

 

On souligne également l’importance de la fiscalité dans le cadre des meublés. A la sortie de crise, n’hésitez pas à prioriser le classement de vos meublés.

👉 OEC meublés 06-04-2020

👉 A Fort-de-France, la Taxe de Séjour est assurée par la CACEM.
Un Guide Interface Taxe de Séjour facilite la mise à jour des données.
Le barème de la taxe de séjour est ici.

Prenez soin de vous 🙏🙏🙏.

Hôteliers et Meublés, Quelle Entente

Lieu commun :  dans un grand nombre de villes à travers le monde, les plateformes de logement ponctuel font fureur. Les acteurs types AIRBNB bouleversent les codes de l’hébergement, les questionnent, les transforment. Or s’il y a guerre entre Meublé de Tourisme et Etablissement Hôtelier, c’est qu’il y a malentendu. L’objectif de cet article est de poser des actions concrètes pour cerner la part de gâteau 🎂 de chacune des parties.

• • • • • • • • •

Contexte

Consécutivement à plusieurs études sérieuses, l’angélisme n’est plus de mise.

Baisse du Prix Moyen Hôtelier

Les hébergements meublés font incontestablement baisser le prix moyen des établissements hôteliers.

Le rapport 2018  » Airbnb in Paris : quel impact sur l’industrie hôtelière ?  » propose une nouvelle méthodologie pour mesurer la pression concurrentielle exercée sur l’industrie hôtelière.

Les résultats indiquent qu’une augmentation du nombre d’offreurs Airbnb à proximité d’un hôtel conduit celui-ci à diminuer son prix (entre 0,75% et 1,6% en 2018).

L’effet est amplifié les soirs de week-end.

Le rapport en synthèse explicite deux grandes lignes :

– Le touriste de séjour préfère les meublés, le touriste d’affaires préfère l’hôtellerie.

Autant de façons d’enrichir une offre locale sans toucher aux fondamentaux qui ont fait son succès : le logement partagé.

Airbnb cible essentiellement le tourisme de séjour budget et économique.

L’offre Corporate Airbnb concerne 10 à 15% de son chiffre d’affaires.

Si les touristes peuvent envisager l’option Airbnb pour une expérience, la clientèle d’affaires n’a probablement pas cet objectif.

On observe plus de substituabilité entre les logements partagés Airbnb avec les chambres d’hôtel qu’entre les logements Airbnb entiers et les chambres d’hôtel.

Le fait que l’offre de logements entiers n’ait pas d’effet négatif sur le prix des hôtels semble cohérent avec le fait que les hôtels s’adressent davantage une clientèle d’affaires.

– Les hôtels non classés sont ceux qui souffrent le plus de la concurrence d’Airbnb dans le cadre des logements entiers.

Les hôtels 3* et 4* sont davantage impactés que les hôtels 2* et 5* pour les logements partagés.

Le 2* n’est pas impacté : on peut supposer qu’en termes d’offres et de tarifs le 2* équivaut au logements Airbnb.

Le 5* reste peu impacté : on peut supposer que son niveau de prestations, de personnalisation et de services le positionne au-delà de la compétition avec le Meublé.

A noter : les 3, 4, 5 étoiles sont impactés négativement par les logements partagés.

En plus d’un prix moyen galvaudé, qui suppose un taux d’occupation baissier, des disparités de réglementation existent entre les Meublés et les Hôteliers.

Réglementation Disparate

La réglementation hôtelière est lourde : tous les 5 ans, une obligation de visite de sécurité et de classement, assortie de fréquents contrôles d’hygiène.

La disparité conduit à qualifier la concurrence des meublés comme déloyale.

A terme, ce déficit de réglementation des meublés pèse comme une chronique de malheur annoncé, comme celui de la tuerie d’Orinda dans une Villa loué sur Airbnb.

L’enfant terrible l’est autant pour les hôteliers que pour les Institutions : la ville de Paris entendait contraindre la plateforme à retirer plus de mille annonces jugées illégales.

Le TGI a débouté la Ville en mars 2019. A date, Airbnb est tenu de se conformer à la Loi ELAN, concernant les logements entiers uniquement.

Les plateformes sont tenues de communiquer aux municipalités qui ont mis en place une procédure “d’enregistrement”.

Quelles Actions

Quand il y a concurrence, deux stratégies se posent :

👉 La Stratégie de l’Océan Rouge 🩸

En Océan Rouge, je me bats frontalement avec mes Concurrents, jusqu’à ce que mort s’en suive (le Rouge étant une allusion au sang qui coule entre les secteurs ou entreprises en compétition). 

Un exemple d’hôtellerie Océan Rouge est l’hybridation des établissements.

A terme, les parts de marché sont partagées, incertaines et le positionnement brouillé.

👉 La Stratégie de l’Océan Bleu 💧

En Océan Bleu, je respire et je prends de la distance par rapport à mes Concurrents : je leur laisse du terrain pour en conquérir d’autres.

Une fois mes terrains abordés, je les ancre et les développe.

Un exemple d’hôtellerie Océan Bleu est celui des éco-lodges ou des nouvelles Maisons de Luxe à taille humaine telles que La Réserve.

Ocean Bleu - Ocean Rouge

Si une destination demeure en Océan Rouge, elle se phagocyte.

Les interdictions, pénalisations, réglementations n’effaceront pas les nouvelles opportunités et facilités des Meublés.

Le pouvoir de l’incitation et de la trouvaille mutuelle des terrains d’entente sont souvent plus pérennes.

Je suis un Hôtelier

Plein Gaz sur le Tourisme d’Affaires
A l’échelle de mon Etablissement

Si la clientèle Corporate représente 5 milliards € annuels, il y a nécessairement une part du lion à se tailler.

Je me mets à disposition de ma Clientèle d’Affaires toutes les Aménités dont elle est friande :

– Emplacement rapide d’accès et facilité : centre-ville, d’autoroute et de périphéries de villes à privilégier.

– Présence sur les Plateformes de réservation Corporates : GDS, Egencia, HCorpo..

– Tunnel rapide de réservations : moins de trois sonneries téléphone, réponse email dans l’heure..

– Check in et Check out flexibles et efficients, idéalement Pre-check in et Pre-check out.

– Facturation société personnalisée.

– WiFi performant et gratuit.

– Mise à disposition d’objets fréquemment oubliés et nécessaires : rasoir, brosses à dents, shoe shine, adaptateurs universels clefs 5G.

– Présence d’Amenities et Services : Café, thé, bouteille eau..

– Service d’en-cas tardifs, room service, pressing réactifs.

– Plan de travail en chambre, Lobby et espaces de travail dans les lieux de vie.

– Petit déjeuner matinal et abordable.

– Programme de fidélisation par le service ou le tarif.

A l’échelle de ma Destination

L’hôtelier est avant tout un réceptif. Etre exemplaire dans ses prestations Coporate ne suffit pas.

Il coordonne avec ses collaborateurs touristiques pour la structuration de l’Offre d’Affaires de sa destination.

Grâce à ses sondages réguliers d’attentes auprès de sa clientèle d’affaires, l’hôtelier établit avec son cluster/office de tourisme le plan d’action annuel à mener.

Un case study exemplaire est celui de Lille.

Sur la base d’infrastructures stratégiques dont le Grand Palais, Lille est depuis 2014 dans le « Top 10 » des villes françaises dans l’accueil des congrès européens et internationaux.

Plein Feu sur le Loisirs Haut de Gamme
A l’échelle de mon Etablissement

Le Challenge fondamental est simple à comprendre : contrairement au Meublé, l’Hôtelier à 30 à 60% de Charges Sociales à gérer.

Et que l’enjeu est est aussi clair et convoité par Airbnb : une clientèle traditionnelle haut de gamme et de loisirs, familière aux établissements 4 et 5*.

L’Hôtelier emploie des jeunes, fait vivre des familles et abrite une responsabilité sociale dans son établissement.

Pour obtenir un Résultat Brut d’Exploitation supérieur à 30% indispensable à son ré-investissement, sa rénovation et, soyons fous.. à son bénéfice.

Le tarif surpasse et ne peut concurrencer celui des Meublés (entre 50 € et 85 € selon les villes).

Selon l’attractivité de chaque destination (agglo, ville..), l’Hôtelier pourra positionner son curseur. Il sera nécessairement plus élevé que les tarifs résultant du Meublé à catégorie équivalente, d’après ses lignes supplémentaires d’exploitation.

La montée en gamme tarifaire suppose un service humain entraîné, sur-entrainé, un produit hôtelier travaillé en équipements et prestations.

A l’échelle de ma Destination

Là encore, l’organe représentatif de la destination a un rôle à de première main à jouer.

Le CTIG (Comité de Tourisme des Iles de la Guadeloupe) s’illustre dans ce cadre.

Exemple de mesures caractéristiques de la volonté vertueuse du CTIG : les aides sont accordées aux hébergements uniquement s’ils effectuent une montée en gamme.

Ce fut le cas de la Toubana, passée de 4 étoiles à 5 étoiles, condition pour bénéficier des fonds institutionnels.

La Toubana Hotel & Spa

 

En tant qu’Hôtelier, j’évite : 
  • En moyenne et basse saison, de raboter mon Prix Moyen pour gagner des Touristes de Séjour déjà captés par les Meublés. Je conserve mon positionnement à valeur ajoutée, un meilleur état de mon hébergement, j’accorde à mon personnel ses congés annuels, privilégie un ancrage local en poussant mes salles de conférence rénovées, mes espaces de co-working pensés et mon offre de restauration qualitative destinés aux Corporates locaux.
  • De trop yielder sur les durées de séjour au delà de trois nuits qui repoussent la clientèle d’affaires.
  • De descendre en gamme en omettant les formations staff régulières, les rénovations d’équipements..
Et pourquoi pas, en tant qu’Hôtelier, taquiner un peu le Meublé ?
  • Figurer sur des plateformes d’hébergement temporaires. Les meublés le font bien sur Booking .. Le positionnement n’est pas brouillé tant que les hébergements sont correctement référencés.
  • Proposer des appartements et non plus uniquement des chambres. Alternative complémentaire pour les familles ou les voyages entre amis, complément de revenu pour l’hôtel et visibilité auprès d’une clientèle exclusivement « Meublés ».

Je suis un Meublé

Standardisation de l’Offre

Je me classe conformément à mes prestations de Meublé, de 1 à 5*.

En structurant l’offre de ma destination et sa transparence, je communique commercialement sur mon respect des normes d’accueil.

Focal sur le Tourisme de Séjour

– Capacité au minimum de 2, idéalement de 3 à 4 personnes par logement, avec des occupations supplémentaires facturées pour valoriser mon Prix Moyen.

– Accueil et départ conviviaux, pleine de sentiments (corbeilles de fruits).

–  Expérience locale : conseils restauration ciblés, visites touristiques personnalisées, location de transports.

– Mise à disposition de lit supplémentaire, accessoires bébé et enfant, d’accessoires touristiques (chaises et serviettes de plages, raquettes, ski..)

old-4083065_960_720

En tant que Meublé, j’évite : 

– D’aller en-deçà de 5 nuits minimum. Ce n’est pas nécessairement rentable, la marge se gagne plutôt par la durée de séjour.

– Ne pas me soumettre à la réglementation d’hygiène, de sécurité et de confort qui dégrade mon e-reputation.

Et pourquoi pas, en tant que Meublé, taquiner un peu l’Hôtelier ?

– Sur la convivialité de l’accueil  avec des produits d’accueil de qualité, des corbeilles de fruits, une présentation atypique du lit..

–  Sur un dépoussiérage de ses services afin de stimuler l’Hotelier et l’aider à se ré-inventer  : un livret d’accueil interactif , un petit déjeuner atypique..

Dans un prochain article, nous aborderons les services additionnels dans l’hébergement touristique 🙋.

 

Réussir son Classement Meublé

Vous proposez une location saisonnière (villa, appartement ou studio meublé). Convaincu par les bénéfices fiscaux, vous souhaitez vous faire classer au plus vite en tant que « Meublé de Tourisme ». Bonne nouvelle, le Classement du Meublé est encore plus simple que le Classement hôtelier

• • • • • • • • •

Depuis le 1er juin 2012, le classement préfectoral a été remplacé par le classement des meublés de tourisme.

Pour ceux qui ne seraient pas convaincus par le seul argument de la fiscalité avantageuses (Abattement fiscal de 71% au lieu de 50%, Fixité et réduction de la taxe de séjour..), le classement ouvre à d’autres bénéfices :

– La possibilité d’être réglé par Chèques Vacances ANCV.

– La promotion commerciale, par vos soins, de votre établissement normé.

– Le sentiment réaliste de structurer votre destination en participant à la transparence de son offre, selon les superficies, équipements et prestations.

Elle vous le rend bien par une promotion commerciale sur sa vitrine.

Ici le recensement des meublés de la destination MARTINIQUE.

C’est le Code du Tourisme, article L324-1 qui réglemente le Meublé : « Les meublés de tourisme sont des villas, appartements, ou studios meublés, à l’usage exclusif du locataire, offerts en location à une clientèle de passage qui y effectue un séjour caractérisé par une location à la journée, à la semaine ou au mois, et qui n’y élit pas domicile. »

La location ne dépasse pas 90 jours consécutifs de location à la même personne.

Les particuliers comme les professionnels peuvent obtenir la dénomination officielle de Meublé. 

La démarche n’est pas obligatoire, elle est volontaire.

Sa validité est de 5 ans.

En revanche, une fois votre classement validé, vous devez afficher le panonceau de classement généré par la démarche.

Votre demande de classement sera déclinée :

 – Si la surface de votre Meublé, coin cuisine compris, est inférieure à 12m2 ou 9 m2 si la cuisine est séparée.

– Si la salle d’eau et/ou WC ne se situent pas à l’intérieur du logement.  

Démarches

Le Meublé de tourisme fait obligatoirement l’objet d’une déclaration en mairie.

Ce numéro doit être apposé systématiquement sur vos photos et annonces.

La demande de classement s’effectue auprès d’organismes ayant reçu l’accréditation du COFRAC (Comité Français d’Accréditation).

L’organisme valide votre demande et vous fait parvenir une documentation préalable.

Les éléments requis :

– La déclaration en Mairie et son Formulaire Cerfa 14004-02.

– Une note d’engagement de confidentialité de la part du prestataire d’inspection.

– Le Formulaire Cerfa 11819-03 de Classement Meublé de Tourisme.

– Le Referentiel de_Classement.

  1. Vous permettra de vous positionner avec réalisme sur votre catégorie d’étoiles.
  2. Vous servira de Guide au long de la procédure de classement.
– Le Bon de Commande de l’Organisme Privé (en moyenne 150 € à 200 € la visite), à lui retourner signé.
L’investissement est largement amorti sur 5 ans tant en taxes de séjour qu’en abattement fiscal, sans parler de votre gage de qualité auprès des touristes prospects.

Résultat de recherche d'images pour "plaque meublé de tourisme"Visite

Vous arrivez préparé, après prise de connaissance de votre Référentiel de classement (toutes catégories).
 
Le Référentiel est explicité par votre Guide de contrôle dédié au Meublé.
 
Vous convenez d’une date avec l’Inspecteur.
 
Vous privilégiez les dates où votre taux d’occupation est le plus bas.
 
La visite dure en moyenne 2 heures et s’effectue dans l’ensemble des unités.
 
Informez au préalable vos clients pour valider leur autorisation de visiter votre meublé.

L’Inspection se base sur 112 critères de contrôle divisés en 3 catégories :

– Equipements et aménagements.

– Services aux vacanciers.

– Accessibilité et développement durable.

Comme pour le classement hôtelier, le système est à points, certains «obligatoires», d’autres «à la carte» ou«optionnels».

Pour prétendre à la catégorie 1, 2, 3, 4 ou 5 étoiles, le meublé doit obtenir un nombre de points «obligatoires» et un nombre de points «à la carte».

A la différence de l’hôtellerie, vous ne préparez pas de pré-diagnostic et ne déterminez pas la catégorie d’étoiles à laquelle vous prétendez.
 
C’est à l’issue de sa visite que l’Inspecteur vous partage les critères validés ou non, ainsi que la catégorie d’étoiles à laquelle vous pouvez prétendre.
 
Si l’Inspecteur estime que vous frisez le classement 4* par exemple, il se permettra de vous conseiller sur les équipements supplémentaires à fournir dans un délai imparti.
 

Cas pratique

Ce cas pratique est vécu.

Lors de ma visite par l’Organisme accrédité en Martinique (en l’espèce, Gîtes de France), j’ai du revoir ma copie pour accéder au classement 3* souhaité. 

En équipements

Me manquaient les grille-pains, fait-tout ou cuiseur vapeur, couteaux à pain, verres à vin, verres à champagne, verres à apéritif (2 verres par personne), les adaptateurs, couvercles, plats repas, bols, chaise bébé. 

En service aux vacanciers

Me manquaient les brochures touristiques en français et en anglais à jour.

En accessibilité et développement durable

Me manquait une visibilité sur mes actions durables portées à la connaissance des clients.

Je reprends les termes de l’Inspectrice :

« Toutefois, il serait bon que vous fassiez un document annexe avec les gestes à faire en général lors du séjour des vacanciers : comme par exemple : Ne pas laisser ses déchets sur la plage, au cours des randonnées éviter de couper les espèces (fleurs, plantes) et respecter les sentiers balisés, ne pas laisser de gobelets en plastique aux abords des rivières, éviter de faire du feu sur les plages et les forêts etc. »

Dans un délai légal de 10 jours, j’ai :

– Acheté les équipements pré-cités puis renvoyé à l’ Inspectrice les factures relatives à chaque achat.

Une facture un peu salée (plus de 500 €, notamment dus aux grille-pains..), mais un investissement une fois pour toute.

– Envoyé par e-mail une photo des brochures en français et en anglais récupérées à l’Office de Tourisme.

 

 

– Envoyé par e-mail un guide de développement durable inséré à mon règlement intérieur.

A date, j’ai dématérialisé ces informations sur une tablette que je mets à disposition des clients à leur arrivée.

En l’absence de ces éléments parvenus dans les délais, j’aurais été classé Meublé 2*.

 

Après Classement

Sous 30 jours, vous recevez la décision de classement officiel assorti le certificat de visite (constitué  du rapport de contrôle pour cabinet de contrôle et la grille destinée aux cabinets de contrôle).

Une fois le classement officialisé, vous commandez votre plaque officielle à apposer à l’entrée du logement.

Vous démarrez la promotion de votre meublé de tourisme avec le nombre d’étoiles validé sur tous les supports souhaités.

Vous informez l’organisme touristique représentatif (Office de tourisme) de votre commune ou agglomération.

Bémol personnel : à ce jour et en dépit de nombreuses relances (8 mois), le PATIO GALLIENI n’a pas été actualisé en tant que meublé classé sur le Site Officiel du Comité Martiniquais du Tourisme.

Vous informez votre Mairie de votre classement pour l’impact sur votre taxe de séjour.

 

Organismes de contrôle :

Gîtes de France

https://www.gitesdefrance-martinique.com

05 96 73 74 74

Comité Martiniquais du Tourisme 

5 avenue Loulou Boislaville

Tour Lumina – BP 7124

97276 FORT-DE-FRANCE CEDEX

05 96 61 61 77

 

Capitaliser sur le Petit-Déjeuner en Meublé

Welcome à la Maison

Dans le cadre du Salon WELCOME A LA MAISON, j’ai pu intervenir sur la thématique « Capitaliser sur le Petit-Déjeuner » en tant que Meublé de Tourisme.

• • • • • • • • •

J’avais édité trois articles sur le Petit-déjeuner dans le cadre du secteur hôtelier. Dans un premier temps, j’ai pensé dupliquer les thématiques des articles « Contenu », « Qualité » et « Tarification » propres au petit-déjeuner hôtelier.

En creusant son application opérationnelle à mon propre Meublé de Tourisme, le Patio Gallieni, j’ai pris conscience du hors-sujet.

Les meublés de tourisme diffèrent des autres types d’hébergement, notamment des hôtels et de la résidence de tourisme, car ils sont réservés à un usage exclusif du locataire, et ne comportent ni accueil ou hall de réception ni services et équipements communs.

Le Petit Déjeuner est obligatoire en Hôtellerie

De 1 à 3 étoiles, le Petit-Déjeuner est optionnel. A partir de 4 étoiles, il devient obligatoire.  C’est un pré-requis attendu dans le secteur hôtelier.

Comme l’explicitait l’article « Contenu », c’est l’Etat qui définit le nombre de gammes, et gratifie de points optionnels dans certains cas.

Le petit-déjeuner est un pré-requis du classement hôtelier. Le classement n’est pas obligatoire.

Cependant pour l’obtenir le petit-déjeuner est une condition du Guide de Contrôle Hôtellerie Atout France.

Article 203. Petit déjeuner en buffet ou à la carte dépassant le seuil de la gamme de produits :

Nombre minimal de gammes de produits 1* = 6 gammes.

Nombre minimal de gammes de produits 2* = 8 gammes.

Nombre minimal de gammes de produits 3* = 10 gammes.

Nombre minimal de gammes de produits 4* = 12 gammes.

Nombre minimal de gammes de produits 5* = 14 gammes.

Présence minimale de deux produits par gamme en 1*, 2*, 3*, 4*.

Présence minimale de trois produits par gamme en catégorie 5*.

Parmi les « gammes » figurent les boissons chaudes obligatoires (café, chocolat, thé..), les jus de fruits, les fruits frais, la charcuterie, le plat chaud, le produit lacté, les céréales, le fromage, les confiture et beurre, la viennoiserie, le pain, les fruits secs ou compotes, les produits allégés, les produits BIO.

Doubler les produits dans une seule gamme est nécessaire, du 1* au 4*.

Par exemple, si vous proposez de la charcuterie en 3*, vous proposez du jambon blanc et du jambon de Bayonne.

En 5*, 3 gammes sont requises : vous présentez du jambon blanc, du jambon de Bayonne, du bacon.

Comptent en tant que points supplémentaires : au moins deux produits issus de la production régionale ou du commerce équitable ou de l’agriculture biologique, un service du petit-déjeuner en terrasse, un service du petit-déjeuner en chambre.

Welcome a la Maison

Le Petit Déjeuner est facultatif en Meublé de Tourisme

Contrairement à l’hôtellerie, le petit-déjeuner n’est pas un pré-requis de  la  classification du Meublé de Tourisme.

Le Referentiel_de_classement_des Meublés ne le mentionne même pas !

Seuls les équipements de cuisson (micro-ondes, grille-pain..) sont obligatoires et pas nécessairement liés à l’unique préparation du petit-déjeuner.

Le Meublé peut s’en dédouaner, ce qu’il fait très souvent, mais le plus opportun ne serait-il pas de le revisiter et de le capitaliser ?

Pour arbitrer entre un pour ou contre le Petit-déjeuner en Meublé de Tourisme, quelles sont les contraintes d’un Petit-Déjeuner Hôtelier classique ? La contrainte évitée peut-elle devenir une valeur ajoutée ?

Capitaliser sur l’expérience du Petit-Déjeuner Hôtelier

Dans le secteur hôtelier, les insuffisances du Petit-Déjeuner sont les suivantes :

Dans tous les cas :

➖ Le petit déjeuner est chronophage (temps passé personnel de jour pour le service et de nuit pour le dressage, logistique fournisseurs, comptabilité).

➖ Le petit déjeuner est coûteux (salaires chargés du personnel, commandes périssables, espace de stockage, non-facturation au check out).

➖ S’il est décevant, le petit-déjeuner amoindrit la satisfaction et dégrade la e-reputation.

➕ S’il est qualitatif, le petit-déjeuner rencontre la satisfaction et valorise la e-reputation .

Le service du petit-déjeuner peut être transformé par le Meublé, en fournissant directement dans l’hébergement les denrées utiles à la consommation.

Le concept du Meublé est le confort comme chez soi. Le petit-déjeuner est un moment du matin convivial, facile d’accès au saut du lit. Il ne reste plus qu’à piocher dans le placard ou le réfrigérateur et se servir des éléments mis à disposition.

Dans le cadre de mon petit-déjeuner, quels équipements sont obligatoires dans mon meublé ?

CLASSEMENT

ATOUT FRANCE

1 * 2 * 3 * 4 * 5 *
CAFETIÈRE X X X X X
BOUILLOIRE   X X X X
GRILLE-PAIN     X X X
MICRO-ONDES     X X X
TABLE CUISSON X X X X X
RÉFRIGÉRATEUR X X X X X

Quel(s) produit(s)  au petit-déjeuner me recommandez-vous dans mon meublé de tourisme ?

MES RECOS PDJ

  1* 2* 3* 4* 5*
BASE Thés, Cafés, Chocolat, Lait en poudre X X X X X
SEC Biscottes, Fruits Secs, Céréales   X X X X
FRAIS Confitures, Compotes Beurre, Fruits Frais, Produits lactés, Jus de Fruits     X X X
PREMIUM Charcuterie, Produits Allégés, Produits Bio, Viennoiseries, Fromages       X X
Faut-il inclure le petit-déjeuner dans son tarif initial ou comme une option supplémentaire payante ?

Si vous capitalisez sur un petit-déjeuner de Base ou composé de produits secs, ma recommandation est de l’inclure dans le tarif.

La valeur ajoutée perçue est relativement faible.

Dans l’hôtellerie économique ou budget, de nombreux hôtels ont déjà franchi le cap et les dispose « gratuitement ».

Bien que votre typologie d’accueil se distingue de l’hôtellerie, les clients ne perçoivent pas tous la différence d’hébergement.

Les coûts d’achat sont à inclure dans votre tarification, que vous surélevez légèrement pour le ventiler.

Si vous capitalisez sur un petit-déjeuner « Frais » ou « Premium », ma recommandation est de l’exclure du tarif.

Ainsi vous valorisez son image et son exception puisque la valeur ajoutée est clairement perçue.

L’autre vertu est de vous permettre la prévision des denrées périssables et d’éviter le gâchis alimentaire.

Dans le cas où vos clients ne le sélectionnent pas, vous offrez néanmoins les niveaux basiques et secs en tout état de cause.

Dans tous les cas, je vous invite à régulièrement contrôler votre Ratio Matières petit-déjeuner :

ACHATS CONSOMMES PDJ (STOCK INITIAL - STOCK FINAL + LIVRAISONS) / CA HEBERGEMENT

En 1* à 3* : Ne doit pas excéder 5 % du Chiffre d’Affaires Hébergement.

En 4* à 5* : Ne doit pas excéder 10 % du Chiffre d’Affaires Hébergement.

Faut-il proposer un petit-déjeuner classique ou plutôt un qui reflète la culture martiniquaise ? 

Le petit-déjeuner est conforme à votre identité et à votre accueil.

Vous avez le choix de ne pas en faire, de proposer le minimum, de proposer le maximum.

Il est certain que plus vous donnerez à vivre une expérience locale et authentique, mieux vous valoriserez vos clients venus la découvrir.

Cette expérience doit être néanmoins constante, régulière, pérenne, le cas échéant gare à la e-reputation. Il est louable de servir un pain au beurre / chocolat local, des jus frais de corossol, des yaourts à la goyave.

Mais à l’instar de Tatie Maryse, il faut pouvoir le faire chaque matin ! Le Domaine des Bulles nous a précisé pendant la conférence consacrer chaque matin une heure à son remarquable petit-déjeuner « Premium ».

La difficulté du petit-déjeuner n’est pas uniquement de faire de la qualité, mais de la soutenir tout au long de l’année, 365 jours.

Pour ce qui est des produits « faciles », tels que le thé à la citronnelle ou à la cannelle de votre jardin, attention à la responsabilité alimentaire.

Ce qui vaut de l’alimentation envers la famille ne vaut pas dans le cadre de l’alimentation des clients, dans le cadre de la protection du consommateur.

La règlementation française est stricte. Si vous produisez, transformez, distribuez de l’alimentation, votre responsabilité est directement engagée.

Oui au local, acheté auprès d’un producteur tiers conforme aux normes alimentaires. Il est de votre responsabilité de vous en assurer.

Enfin, gardez à l’esprit que si certains touristes brûlent de curiosité de découvrir les spécialités locales, d’autres y sont totalement indifférents, d’autres encore cherchent un mix de deux.

La curiosité culinaire existe autant que la résistance au changement.

Ménagez les alternatives en proposant certes du jus de prune de cythère mais aussi du jus d’orange, certes du pain au beurre local mais aussi de la baguette.

Y a-t-il des normes particulières à respecter (ex : hygiène) pour le petit-déjeuner dans un meublé ? Ma responsabilité peut-elle être engagée ?

Les réglementations européennes et nationales (DGCCRF) imposent des obligations aux exploitants du secteur alimentaire.

Elles assurent la sécurité et la salubrité des denrées alimentaires à toutes les étapes de leur production, transformation et distribution.  En Martinique, la prérogative est transférée à la DIECCTE.

Ce que dit la loi : Le restaurateur est tenu à une obligation de sécurité (art. L. 221-1 du Code de la consommation) et est civilement responsable des produits qu’il fournit au client (art. 1245 et suivants du Code civil nouveau).

Le délai pour agir est de 5 ans.

La responsabilité d’activité de restauration peut être engagée à tout moment par les services d’hygiène réglementaires.

Les marchés de bord de route sont à éviter : vous avez peu de chances d’arriver à vous retourner contre votre fournisseur.

L’HACCP est un sigle qui signifie en Anglais : Hazard Analysis Critical Control Point.

En Français, le sigle se traduit par Analyse des dangers – points critiques pour leur maîtrise.

L’HACCP est avant tout une méthode, un outil de travail, mais n’est pas une norme.

Elle permet d’encadrer les risques et de prouver en cas de litige alimentaire la bonne foi du restaurateur.

  • Principe 1 : Analyser les dangers.
  • Principe 2 : Déterminer les points critiques.
  • Principe 3 : Fixer les limites critiques.
  • Principe 4 : Établir des actions de surveillance.
  • Principe 5 : Établir des actions correctives.
  • Principe 6 : Vérification.
  • Principe 7 : Enregistrement.

3 exemples concrets que j’utilisais dans le cadre hôtelier : HACCP CONTROLE MARCHANDISES. HACCP NETTOYAGE. HACCP RELEVE TEMPERATURE.

Des formations HACCP indispensables existent sur le territoire et durent 2 journées.

Pourquoi dites-vous que le petit-déjeuner peut avoir des conséquences sur la e-réputation de mon meublé ?

La Villa Apolline s’est doté d’un petit-déjeuner exemplaire local, international et varié.

« Le petit déjeuner les délices d’Apolline (il a même un prénom!) offre un savoureux mélange de cuisine créole et de produits internationaux , chocolat chaud épicé, eau de coco fraîchement coupé, fruits tropicaux de saison, confiture maison, produits locaux et issus commerce équitable. »

 

©️ Villa Apolline

Sur 173 commentaires sur Booking, 41 commentaires soit 23 % sont consacrés au petit-déjeuner.

Sur 37 avis Trip Advisor, 4 commentaires soit 11% sont consacrés au petit-déjeuner.

Volume critique de commentaire, de quoi faire basculer une e-reputation.

Celle-ci sera nécessairement influencée positivement ou négativement par le petit-déjeuner.

Il reste un standard attendu de l’hospitalité, un moment humain émotionnel et sa perception n’est jamais neutre.

Les Incontournables

Privilégier dans l’offre les produits les plus facilement conservables.

La Gamme Charcuterie est déconseillée : Limite Conservation < 30 jours, à consommer 3 à 5 jours après ouverture.

La Gamme plat chaud (omelette, œufs au plat, œufs brouillés aux lardons..) est à laisser à l’initiative du client qui le cuisinera selon son goût et assumera la responsabilité de sa production.

Contrôlez régulièrement vos DLC, particulièrement en cas de PDJ Frais ou Premium (tous les jours).

Le prochain article sera relatif au Classement du Meublé de Tourisme 👋👋👋.

Fiscalité du Loueur Meublé Professionnel

Le classement réglementé des locations saisonnières reste marginal. Il procure pourtant de grandes vertus financières et fiscales. L’objectif de cet article est de faire un point simplifié des fiscalités du LMP et de vous convaincre de vous faire classer.

• • • • • • • • •

L’article aborde la situation fiscale du LMP (Loueur Meublé Professionnel) classé et non classé.

Si vous optez pour une location saisonnière, dans tous les cas, vous êtes tenus de déclarer vos revenus.

Pour être considéré comme un Loueur Meublé Professionnel (LMP), et non plus un Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP), deux conditions sont nécessaires :

Votre loyer annuel est supérieur à 23 000 € par foyer fiscal.

ET votre Chiffre d’Affaires produit par cette location est supérieur à l’ensemble de vos autres revenus.

Le « Meublé de Tourisme » est une typologie de classement officiel d’une LMP (ou LMNP), au même titre que les Chambres d’Hôtes, en parallèle des LMP (ou LMNP) non classées.

Votre forme de société est nécessairement commerciale. 

IMPÔT SUR LE REVENU
IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS
SARL
EURL
SAS/SASU
SNC
ENTREPRISE INDIVIDUELLE
 

En SARL – EURL, vous avez l’avantage de limiter la perte aux montants des apports.

En SA, le régime est lourd à moins d’avoir de nombreux emplacements et collaborateurs à gérer.

En SAS – SASU, il s’agit d’un simple contrat entre associés.

En matière de charges sociales, le régime général des salariés est alourdit par rapport au RSI.

Le sujet se règle depuis le règlement de la gestion par la Sécurité Sociale (entre 25 et 30% des cotisations sociales.)

  1. Régimes d’Imposition du LMP

 
MICRO ENTREPRISE 
MICRO BIC
REGIME DU REEL 
SIMPLIFIE
REGIME DU REEL 
NORMAL
Meublé 
Classé
CA Annuel HT
< 170 000 € HT
CA Annuel HT 
entre 170 000 €
et 789 000 €
 CA Annuel HT 
> 789 000 € HT
Meublé
Non Classé
CA Annuel HT
< 70 000 € HT
CA Annuel HT
entre 70 000 €
et 238 000 €
CA Annuel HT 
> 238 000 € HT
Régime Micro-BIC

Vous êtes donc presque toujours concerné dès lors que vous avez opté pour un classement officiel.

👉 Vous relevez de plein droit du régime forfaitaire si vos recettes ne dépassent pas 170 000 € par an en tant que Meublé de Tourisme. 

Elles ne dépassent pas 70 000 € si vous êtes non classé.

Le régime Micro BIC est le plus lisible et le plus adapté. Son fonctionnement est particulièrement simple.

Il ne requiert aucune compétence comptable, aucune aide pour remplir la déclaration des revenus. 

Le régime est très adapté aux particuliers.

Vous reportez le montant des recettes sur la déclaration complémentaire d’impôt sur le revenu n°2042 C pro (ligne 5 NKP à 5 MP).

👉 Sur ces recettes, vous bénéficiez d’un abattement forfaitaire de 71 %.

Par conséquent, seuls 29% de vos recettes sont réintégrés à l’ensemble de vos revenus de l’année puis imposés.

Régime Réel

Dès que le plafond en tant que Meublé est franchi à hauteur de 170 000 €, ou sans classement, à hauteur de 70 000 €, le régime réel s’impose.

Vous pouvez opter pour ce régime si vos charges dépassent 71%.

Vous êtes alors imposé au barème de l’impôt sur le revenu sur 50% des recettes (abattement pour frais automatique de 50%).

Ainsi, sur ces recettes, seuls 50 % de vos loyers et charges sont réintégrés à l’ensemble de vos revenus de l’année puis imposés.

Vous déduisez les charges au réel :

– Les charges de propriété et de gestion (amortissement, frais financiers, intérêts d’emprunt, grosses réparations), au prorata de la durée de location.

– Les charges se rattachant à la location (frais d’annonces par exemple) en totalité.

Vous reportez le montant des bénéfices sur la déclaration professionnelle n°2031-SD.

Vous déduisez l’ensemble des charges pour leur montant exact sur la déclaration professionnelle n° 2031-SD.
 

Dans le cadre du régime simplifié d’imposition (RSI), dit « réel simplifié », votre impôt est basé sur votre bénéfice réel.

Vous bénéficiez d’obligations comptables et déclaratives allégées et l’application de la TVA.

Il concerne les entreprises assujetties à l’Impôt sur le Revenu ou l’Impôt sur les Sociétés.

Dans le cadre du régime réel normal, c’est le régime de droit commun qui s’applique, régi par l’Impôt sur les Sociétés (IS).

Il peut arriver qu’un loueur décide stratégiquement d’opter pour le régime réel alors même qu’il a la chance de rester dans le cadre du Micro Bic.

👉 Dans le cas où il n’est pas classé et que ses recettes annuelles ne dépassent pas 70 000€, il peut demander le régime réel sur option si ses frais et charges déductibles sont supérieurs à 50 % de ses recettes.
 
👉 Dans le cas où il est classé et que ses recettes annuelles ne dépassent pas 170 000€, il peut demander ce régime sur option si ses frais et charges déductibles sont supérieurs à 71% de ses recettes.

Pour opter pour le régime réel, un courrier sur papier libre suffit, à l’intention de votre service des impôts.

L’envoi doit être antérieur au 1er février de la première année au titre de laquelle vous souhaitez démarrer le régime réel.

Elle dure deux ans minimum, puis est reconduite tacitement, sauf dénonciation.

Cas pratique

Je loue un Meublé de tourisme à Fort-de-France.

Je perçois 10 000 € de recettes pour l’année 2019.

J’hésite à le faire classer et effectue un rapide calcul.

Mon imposition : 

Sur (30 000 € x 50 %) = 15 000 € seront réintégrés à mes revenus de l’année 2019 s’il s’agit d’une location saisonnière non déclaré : taux impôt 11%.

Sur (30 000 € x 29 %) = 8 700 € seront réintégrés à mes revenus de l’année 2019 s’il s’agit d’un Meublé de tourisme classé : pas d’impôt à payer.

Sur ces résultats, vous appliquez l’abattement correspondant à la tranche d’impôts sur le revenu.

Je vous encourage à vous déclarer et à vous faire classer afin de bénéficier pleinement de ce régime favorable.

2. Situations Fiscales du LMP

La déclaration d’activité est incontournable pour les LMP (classés ou non) au Centre de Formalités des Entreprises.

LODEOM

Quelque soit le régime d’application, l’application de la nouvelle exonération Outre-mer LODEOM est effective. 

L’exonération bénéficiant aux employeurs situés en Outre-mer (hors Mayotte) a vu en 2019 son régime complètement modifié.

En Guadeloupe, Guyane, Martinique et la Réunion, 3 barèmes dits « de compétitivité renforcée » sont désormais applicables en fonction de la situation de l’entreprise.

Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) et Taxe d’Habitation

En règle générale tous les Meublés, exerçant une activité commerciale, sont soumis à la CFE.

Les personnes qui louent en Meublé des locaux compris dans leur habitation personnelle et classés dans les conditions prévues à l’article L. 324-1 du code de tourisme sont exonérées de CFE en vertu du b du 3° de l’article 1459 du CGI.

La location saisonnière relève quand même de la CFE dès lors qu’elle n’est pas une habitation principale.

Le loueur en Meublé imposable à la CFE n’est pas redevable de la taxe d’habitation.

Abattement taxe foncière

L’exonération s’applique dans les Zones de Revitalisation Rurales (ZRR) mentionnées à l’article 1465 A du CGI.

Liste des ZRR en 2019.

Taxe de Séjour

Bercy avait bien prévu un alourdissement de la taxe de séjour pour les Meublés non classés.

Prévision effective à compter du 1er janvier 2019, votée en commission des Finances à l’Assemblée.

L’amendement alourdit considérablement la taxe de séjour pour les hébergements non classés.

👉Si vous êtes classé, vous bénéficiez et faites bénéficier à vos clients d’une taxe de séjour fixe.
 
Les tarifs de la taxe de séjour sont compris entre 0,20 € et 4 € la nuit par personne.

Le cas échéant, si vous n’êtes pas classé, 😱  depuis le 01/01/19, la taxe se paie en pourcentage du tarif de la nuitée mais reste plafonnée au plus bas des deux tarifs suivants :

– Le tarif le plus élevé adopté par la collectivité.

– Le tarif plafond applicable à la catégorie de tourisme 4 étoiles (soit 2,30€ en 2019).

Dans tous les cas, la taxe de séjour est reversée à votre commune, en Martinique par la CACEM.

Crédit et Réduction d’Impôt
STRUCTURE SOUMISE

A L’IMPOT SUR LE REVENU
STRUCTURE SOUMISE

A L’IMPOT SUR LES SOCIETES
Réduction d’Impôt 25 % du coût d’investissement

diminué des aides publiques perçues
Crédit d’Impôt 35 % du coût d’investissement

diminué des aides publiques perçues
Aides de l’Etat

La préconisation est de commencer par épuiser le crédit ou la réduction d’impôt (ci-dessus) puis requérir auprès de l’Etat ses aides à l’investissement.

Pour les investissements inférieurs à 200 000 €, vous faites appel, en Martinique, à la Collectivité Territoriale de la Martinique  (CTM).

Pour les investissements supérieurs à 200 000 €, vous faites appel au Fonds Européen de Développement (FEDER).

En conditions d’éligibilité ? Etre classé pour jouir des subventions et faire bénéficier d’un « cadre touristique propice ».

Déficits

Contrairement au Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP), le Loueur en Meublé Professionnel (LMP) peut imputer les déficits constatés sur l’ensemble des revenus du foyer fiscal.

Si le revenu global n’est pas suffisant, vous le reportez sur le revenu global des six années suivantes.

L’imputation est permise sous réserve que le déficit ne provienne pas des amortissements, non déductibles fiscalement.

Plus Values de Cession

Les plus values de cession sont exonérées si l’activité est exercée depuis plus de 5 ans.

Si les recettes sont inférieures à 90 000 € : exonération totale.

Si les recettes sont inférieures à 126 000 € : exonération partielle.

Les biens investis peuvent être exonérés d’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

En plus de la condition pré-citée, le loueur professionnel prouve une activité professionnelle dont le revenu est supérieur aux autres revenus du foyer fiscal.

Défiscalisation

Il doit s’agir d’un bien neuf.

Pour l’aspect mobilier, les factures sont à fournir pour être déduites.

Pour l’aspect immobilier, vous fournissez la preuve des dépenses de rénovations lourdes.

Il est préférable de prendre un RV avec l’administration ou un cabinet de conseil pour qualifier la lourdeur des rénovations.

Le dépôt de permis de construire pour modifier la structure rend la démarche plus simple.

TVA 

Si vos recettes dépassent le seuil de 82 800 € et que vous réalisez au moins trois prestations para-hôtelières :

le petit déjeuner

le nettoyage quotidien des locaux

la fourniture du linge

la réception de la clientèle,

vous facturez la TVA et la déduisez de vos achats et de vos frais (afin d’éviter la concurrence déloyale envers les hôteliers).

L’intégrer dans le plan de financement, en amont, est une stratégie gagnante pour l’optimisation fiscale mais surtout la trésorerie.

Pour une TVA sélectionnée autour de 8.50 % (les prestations hébergement étant taxées à 2.10 %), la TVA grévant le coût d’achat ou de construction de l’immeuble, l’immobilier, peut être intégralement récupérée.

Généralement l’opérateur obtient un remboursement de TVA de la part de l’administration fiscale.

Le gros œuvre, sur copie des factures, est aujourd’hui éligible à la défiscalisation.

Si le mobilier a été acquis depuis 3 ans, vous pouvez encore en récupérer 2/5, selon la règle immobilière des 20ème.

Préférez le régime simplifié des 2 acomptes (mois de juillet et mois de décembre) en cas de petite structure.

Les Incontournables

– Vous ne pouvez classer une SCI en meublé de tourisme, forme de société de plein droit soumise à l’IS.

Vous créez une société commerciale parallèle qui paie des loyers à la SCI.

Ces loyers doivent être fixes, car l’administration considèrerait la SCI comme ayant une activité commerciale.

– Dans le cadre d’une activité forte d’amortissements et d’investissements (notamment au démarrage), il est souvent plus intéressant d’opter pour le régime réel simplifié.

En vitesse de croisière, le Micro BIC est souvent plus appréciable.